LE SMIC À 1700 €

Publié le par front de gauche-reunion

P3251863.JPG

 

 

 

Si on écoute la Droite et les grands patrons, le smic est trop élevé en France.
Si on écoute le PS, le smic pourra être augmenté en France … mais pas avant un retour de forte croissance.
Si on écoute les petits patrons, toute augmentation du smic ruinerait leur entreprise déjà fragile.

Voyons cela de plus près !

- D'abord la Droite : pour elle, les salaires sont toujours trop élevés, exceptés ceux de l'oligarchie qui se gave à coup de millions, voire dizaine de millions d’€ tout en refusant, au chantage d’exil, de contribuer au bien commun.

Or, le salaire est un rapport de force, le Front de Gauche a la ferme intention de l’exercer.

- Ensuite le PS : rappelons-lui, puisqu'il semble l'avoir oublié, que la France produit déjà beaucoup : 1 995 milliards d'€ en 2010 - soit le double de ce qu'elle produisait en 1981 - alors que sa population n'a augmenté dans la même période que de 10% ! Notre pays n'a donc jamais été aussi riche de toute son histoire !

- Enfin les petits patrons : leur principal problème aujourd'hui, est-il le niveau du smic ? Ou le manque de clients ? Car, si les salaires étaient plus élevés, notre coiffeur n'aurait-il pas plus de clients, donc moins de soucis pour mieux payer son ou ses employé(s) ? Et notre boucher ? Notre boulanger ? Et la petite entreprise du coin ?
Loin de ruiner leur entreprise, c'est ainsi bien l'augmentation du smic à 1 700 € - telle que le prévoit le programme du Front de Gauche « L'Humain d'Abord » - qui, au contraire, sauvera leur entreprise, bien plus sûrement que l'alignement des salaires sur ceux des pays pauvres ! Pour ce qui est des craintes sur l’inflation et la compétitivité avec l’étranger, nous rappelons que le premier peut-être évité par la vigilance des consommateurs et le second ne concerne pas le secteur des services comprenant la grande majorité des entreprises françaises.

OUI le Front de Gauche a aussi ses économistes ! Ils ne sont pas moins compétents que tous ceux qui - toujours les mêmes depuis des dizaines d’années - font à travers les grands médias, la promotion des politiques qui ont produit la plus grande catastrophe économique depuis un siècle, et vous disent que le SMIC à 1 700 € c'est impossible !

Le programme du Front de Gauche est un programme clair, cohérent et, disons-le : perspicace !

C’est pourquoi, si son candidat Jean-Luc Mélenchon est élu en mai prochain, il signera immédiatement, pour la relance de l’économie, le décret portant le smic à 1 700 € brut.

Les difficultés que pourraient rencontrer les petites entreprises ont évidemment été étudiées en long, en large et en travers. Et, les moyens de leur venir en aide, jusqu’à ce que l'augmentation des salaires produise tous ses effets sur l'économie, ont évidemment été pensés, comme tout a été pensé et réfléchi dans le programme du Front de Gauche !
Un pôle public bancaire sera conjointement créé. Il permettra aux PME, via une Caisse de Solidarité Productive, de lisser l’effort consenti en se finançant en cas de besoin à taux zéro ou très bas.


Une CAISSE de SOLIDARITE PRODUCTIVE !


Sur le modèle de la Caisse des intempéries du Bâtiment et Travaux Publics (BTP), créée en 1946 et qui existe toujours, une Caisse de Solidarité Productive sera créée pour parer à l'insécurité due aux « intempéries économiques » … sur le modèle de la création des Fonds européens destinés à sauver les banques privées pendant la crise.

Au départ, le fond de caisse sera financé par un prélèvement exceptionnel sur la trésorerie des grandes et très grandes entreprises, trésorerie qui s'élève à ce jour à quelques 170 milliards d'€.
Sur le long terme, le financement sera assis sur les cotisations des entreprises, qui s'échelonneront selon un système prenant en compte la taille de l’entreprise, les considérations sociales et environnementales. La gestion sera quadripartite : salariés, entrepreneurs, collectivités territoriales et Etat. Elle sera structurée en Caisse Nationale, Caisses régionales et Caisses primaires. L’ensemble sera placé sous le contrôle de la Caisse des Dépôts, elle même intégrée au nouveau Pôle financier public.
Elle permettra non seulement de subventionner momentanément les entreprises qui auraient du mal à financer un progrès social (le smic à 1 700 € par exemple) mais aussi de les soutenir en cas de difficulté passagère en négociant pour elles, auprès des banques, en s'engageant à régler pour elles tout ou partie des intérêts et en s’interposant auprès des organismes collecteurs. Aux entreprises en grave difficulté, elle pourra apporter son aide sous forme de capital, moyennant droits de vote, accès aux dividendes, voire prise de contrôle si nécessaire. La Caisse peut en outre s'opposer à la liquidation de toute entreprise jugée d'importance sur le plan social, économique, écologique ou national et s’assurer de sa bonne reprise.

La Caisse de Solidarité Productive est également une arme contre la précarité : les entreprises étant elles-mêmes protégées des conséquences financières des variations d'activité, le recours à l'intérim, au travail partiel ne se justifie donc plus. Enfin, la Caisse assure la continuité des contrats de travail.

Y a-t-il alors un risque de déficit pour la Caisse ?

La réponse est non ! C’est un système d'autofinancement solidaire des entreprises entre elles. Et, la faillite de la Caisse ne peut-être provoquée que par la faillite généralisée et soudaine de tout le système. Ce qui ne saurait se produire. L'Etat n'a par ailleurs pas à débourser un seul centime pour la faire fonctionner.

La Caisse de Solidarité Productive démontrera ainsi dans la pratique que ce qui étouffe la production, ce n'est pas la rémunération du travail mais bien l'accumulation et la spéculation. Enfin, que c'est bien le Capital qui opprime le travail et cependant que l'Etat républicain le libère.

 

 

VIVE LE FRONT DE GAUCHE

ET LA RÉVOLUTION CITOYENNE !

Commenter cet article