Pour la victoire de Mélenchon et du Front de Gauche.

Publié le par front de gauche-reunion

Ivan HoarauL’Europe des peuples n’est pas au rendez vous. Pour sauver la rente, c‘est l’Europe des banquiers et de la finance, du Capital qui étrangle les peuples et fait payer la note de « sa crise » aux travailleurs et aux plus défavorisés, et notamment aux jeunes, aux femmes et aux personnes âgées.

 

 

 

 

Cette Europe là organise l’austérité c’est à dire l’attaque contre l’emploi, les salaires, les retraites, les minima sociaux. Cette Europe de « la concurrence libre et non faussée » casse les services publics et ouvre un boulevard à la privatisation. Et c’est toute la cohésion de nos sociétés qui en est ébranlée. Et les principales victimes sont les exclus.

 

Nos dirigeants, et le couple Merkozy en tête, veulent nous imposer une Europe camisole qui dicterait son projet de recul de société aux nations et aux peuples, qui imposerait la seule politique du Capital.

 

Maastricht, le Traité de Lisbonne, le Mécanisme Européen de Stabilité (MES) et le Traité sur la Stabilité, la Cohésion et la Gouvernance (le TSCG et la règle d’or pour mieux servir le Veau d’or) sont des étapes mortifères d’une fuite en avant vers un fédéralisme au service du Capital et donc de l’écrasement des peuples.

 

Ainsi, les politiques nationales se décideraient par quelques eurocrates au service du capitalisme n’ayant aucune responsabilité devant les peuples et donc aucune légitimité autre que celle du pouvoir de l’argent. Ceux sont eux qui définiraient, par exemple, les politiques de l’emploi et des salaires, les retraites, les minima sociaux, les politiques de privatisation….

 

Autant de compétences qui relèvent aujourd’hui des nations dont les gouvernants sont responsables devant leurs peuples.

 

Mammon ne se rassasie pas du sang des peuples exsangues! Si ce n’est pas là la lutte des classes, qu’est ce d’autre ? Ainsi, les décisions européennes impactent de plus en plus notre sort quotidien. La politique de casse sociale de Sarkozy/UMP/Parisot n’est que la déclinaison ou l’anticipation de ces dernières. A la Réunion, la vie chère et les profiteurs s’épanouissent dans le cadre de celles ci.

 

Cette Europe là ne tombe pas du ciel. Elle est le fruit de décisions politiques prises par nos dirigeants nationaux. Cette Europe là a été construite par les politiques de droite mais aussi par la social démocratie européenne et notamment les dirigeants socialistes français. Les faits sont là. Il ne s’agit pas de polémiquer mais de pointer les responsabilités dans la construction de cette Europe du Capital. Afin que les erreurs d’hier soient évitées pour l’avenir ; ou que les décisions prises en connaissance de cause soient clairement assumées.

 

Pour vivre dignement, il faut inventer un autre modèle de développement privilégiant la production et la consommation locales, la fin des rentes et de la profitassion, la protection de notre économie contre le dumping social et fiscal, la coopération et non de la concurrence entre les peuples. Un pôle public financier au service du développement est une impérieuse nécessité.

 

Une autre répartition des richesses pour une politique de relance créant de vrais emplois, passant par une élévation des compétences, une augmentation des salaires, retraites et minima sociaux, des services publics forts au service de l’efficacité économique et sociale… Et pour cela, il nous faut une autre Europe, celle des peuples et du progrès, celle du développement durable privilégiant le long terme (innovation, recherche développement) au détriment du « courtermisme » de la spéculation financière.

 

Il faut donc sortir du Traité de Lisbonne (la concurrence libre et non faussée), combattre le MES (et non pas louvoyer comme les socialistes) et rejeter le TSCG (la règle d’or).

 

Pour réaliser une politique de progrès social et de développement durable.

 

C’est ce que seul permet le programme du Front de Gauche.

 

Il faut que Sarkozy s’en aille. Et avec lui Parisot et consorts. « Qu’ils s’en aillent tous ». Il faut une vraie gauche : celle de l’humain d’abord. Celle qui contrecarre le tropisme des sociaux démocrates à regarder trop souvent à droite. Nous ne risquons pas de nous retrouver dans la situation de 2007. Le vote utile, c’est Mélenchon.

 

 

Nous convions tous les citoyens soucieux de démocratie, de justice et de progrès social à venir au meeting du dimanche 25 mars à 15h à la Halle des manifestations du Port avec la participation de Jean Luc Mélenchon.

 

 

 

Ivan Hoareau 

Le président du Comité de Soutien à Mélenchon.

Commenter cet article